Les cours d’eau
2013-01-14 08:31:12
Radio Chine Internationale
Les cours d’eau

La Chine possède de nombreux cours d'eau. Parmi eux, on compte plus de 1 500 dont les bassins ont une superficie dépassant 1 000 km2. Les principaux cours d'eau prennent pour la plupart leur source dans le plateau du Qinghai-Tibet. Grace à un grand écart d'altitude entre leur source et leur embouchure, ces cours d'eau ont un potentiel hydraulique de 680 millions de kW, ce qui range la Chine à la première place mondiale.

Les cours d'eau sont divisés en cours d'eau exoréiques et cours d'eau endoréiques. Ceux qui se jettent dans les océans ont des bassins dont la superficie occupe 64% du territoire total de la Chine. Le Changjiang, le Huanghe, le Heilongjiang, le Zhujiang, le Liaohe, le Haihe et le Huaihe coulent d'ouest en est et se jettent dans l'océan Pacifique. Le Yarlungzangbo au Tibet coule vers l'est jusqu'à l'extérieur de la frontière de Chine, et puis prend la direction du sud pour se jeter dans l'océan Indien, en passant par la gorge du Yarlungzangbo, la plus grande gorge du monde avec 504,6 km de long et 6 009 m dans sa profondeur. L'Ertix dans le Xinjiang coule vers le nord et se jette dans l'Océan arctique glacial après avoir traversé la frontière de Chine. Quant aux cours d'eau qui se jettent dans les lacs endoréiques ou disparaissent dans des déserts ou des marais salants, ils ont une aire de drainage occupant environ 36% de la superficie du territoire de tout le pays. Le Tarim, long de 2 179 km et coulant dans le sud du Xinjiang, est le cours d'eau endoréique le plus long en Chine.

Le Changjiang est le plus grand fleuve de Chine. Sa longueur totale de 6 300 km le range à la troisième place dans le monde après le Nil en Afrique et l'Amazone en Amérique du Sud. Son cours supérieur serpente parmi de hautes montagnes et des vallées profondes, ce qui le dote de riches ressources hydrauliques. Le Changjiang est également une grande artère pour les transports fluviaux d'est en ouest. Il jouit du nom de la "voie fluviale d'or" par son excellente condition pour la navigation. Les régions des cours moyen et inférieur du Changjiang qui ont un climat doux et humide, des précipitations abondantes et des terres fertiles font toujours partie des régions agricoles importantes de Chine.

Le Huanghe, le deuxième grand fleuve de Chine, a une longueur de 5 464 km. Le bassin du Huanghe, un des berceaux de la civilisation antique chinoise, entretient des patures luxuriantes et est riche en ressources minérales.

Le Heilongjiang est un grand fleuve dans le nord de la Chine, avec une longueur de 4 350 km dont 3 101 km à l'intérieur des frontières de la Chine.

Le Zhujiang est un grand fleuve dans le sud de la Chine avec une longueur de 2 214 km.

La Talimuhe, situé dans le sud du Xinjiang, est la plus longue rivière continentale en Chine, sa longueur est de 2214 km.

La Chine possède aussi une voie d'eau artificielle très célèbre. C'est le Grand Canal qui met en communication le nord et le sud. Ayant Beijing comme extrémité au nord et Hangzhou comme extrémité au sud, il relie sur son passage les cinq principaux systèmes fluviaux tels que le Haihe, le Huanghe, le Huaihe, le Changjiang et le Qiantangjiang. Long de 1 801 km et creusé à partir du 5e siècle av. J.-C., le Grand Canal reste la voie d'eau artificielle la plus ancienne et la plus longue du monde.

(La Chine est un pays riche en lacs. Les régions des cours moyen et inférieur du Changjiang et le plateau du Qinghai-Tibet sont les endroits qui possèdent le plus grand nombre de lacs. Dans la première sont réunis les principaux lacs d'eau douce tels que le lac Poyang, le lac Dongting, le lac Taihu et le lac Hongze, parmi lesquels le lac Poyang avec une superficie de 3 583 km2 dans le nord du Jiangxi est le plus grand lac d'eau douce de Chine. Le second est principalement parsemé de lacs salés comme le lac Qinghai, le lac Namco et le lac Qilin, parmi lesquels le lac Qinghai, situé dans le nord-est du Qinghai, est le plus grand lac salé de Chine avec une superficie de 4 583 km2.) 







Edité par Zhao Xin
Selon moi, il s’agit du concept de « réforme dans la stabilité ». À travers le processus historique de réforme...【PLUS】